Le BUM (Beach Ultimate Mixte) en N2 : un doublé et des galettes !

Facebooktwitter

Nous étions douze,
au championnat …

Et oui 12 joueurs/ses Monkey composaient notre équipe pour les championnats de France de Beach Ultimate les 5 et 6 octobre dernier (2019 pour quand on relira cet article dans 10 ans…).

Chez ces messieurs :
Boris aka coach (le bousier)
Brice (la saucisse, fan de pêche et d’Océanopolis)
Guigui (aka la cantine, le ouistiti, et depuis ce we le fondant Baulois #bontuyau)
Jérôme (time keeper, doyen de l’équipe)
Loïc (le lombric)
Romain (le requin)
Vincent (aka coach ou le gros Vinvin)

Chez ces dames :
Elodie (sœur Jocteur)
Lauranne aka capitaine spirit (spirit d’ailleurs ça rime avec moules-frites)
Lucile (la marathonienne spécialiste du twerk)
Pauline B (Paupau la grosse Berte, fan de coquillages)
Pauline R aka capitaine

Toute la fine équipe ! (Pardon pour le doigt en haut à gauche mais on n’a pas d’autres photos :()

Pour la plupart de l’équipe, c’était départ à 6h16 vendredi, aïe ça pique mais Le Pouliguen c’est loin donc il faut s’y prévoir à l’avance pour y aller en train. Entre siestes, viennoiseries et pierres sur les voies, un trajet quasi sans encombre. Petite pause dans un parc à Nantes pour travailler les scoobers à côté des biquettes et on repart en TER jusqu’à La Baule. Petite balade sur la plage pour rejoindre le logement et on se rend compte que ça souffle sur l’Atlantique, si ça continue comme ça les jours qui suivent, pas le choix, il va falloir spinner ! Après avoir emménagé dans notre belle maison, c’était courses ou baignade et sides détendus face au vent (#CourirAprèsLesDisquesQuiRoulent).

Pour le dîner, on récupère une partie de l’équipe et nous sommes dix au Bateau Ivre. Plusieurs styles se mélangent : cidre versus limo, moules-frites versus galettes… Il faut savoir qu’on a un breton dans l’équipe, du coup il a pu nous conseiller sur la bonne démarche à adopter : d’abord commander une galette au beurre pour tester la qualité seulement après commander une autre galette (ne pas hésiter à quitter la crêperie si la galette au beurre n’est pas bonne). Bon ça n’a pas convenu à tout le monde mais globalement on a quand même bien mangé, on a même pu faire un jeu olfactif très drôle grâce aux andouilles.

Bien sûr personne n’est arrivé à battre le record du père à Guigui (anciennement détenu par la cousine …). La légende raconte qu’il aurait déjà mangé 12 crêpes en crêperie !

Les deux derniers nous ont rejoint plus tard dans la soirée et l’équipe au complet a pu se retrouver le lendemain matin.

1er match de poule : MUD

Le championnat beach étant une première pour les Monkey, il y a de nombreuses équipes que l’on ne connaît pas et MUD en fait partie. On voit qu’ils sont jeunes (en effet on apprendra qu’ils ont entre 14 et 15 ans, soit moitié de notre âge moyen voire le tiers pour notre doyen). Il n’y a pas de vent sur ce match et on en profite pour imposer un jeu rapide avec des continuités sur des longues qui ne sont pas bloqués sur le début du match.

Après 4 ou 5 points de notre part, MUD marque son premier point et reprend confiance. Beaucoup de respect tout le long du match et de l’envie même en ayant été mené tout le long, on a beaucoup apprécié jouer contre ces jeunes qui risquent d’être de redoutables adversaires dans les années à venir !

Score final : 13 – 5

2ème match de poule : PUC

Deuxième et dernier match de poule contre les parisiens du PUC. Le temps est au beau fixe et notre jeu aussi ! On rentre très fort dans le match et surtout en défense (Guigui et les crêpes, c’est un peu comme Obélix avec la potion magique t’as vu : il creuse des tranchées quand il court !).

Le fait de mener le match nous rassure et notre attaque reste sereine et efficace pour aller jusqu’au bout et l’emporter avec un score plutôt sévère malgré la bonne opposition des parisiens.

Score final : 11 – 5

3ème match (quart de finale) : Friselis

Quart de finale du championnat, c’est le troisième match de la journée, mais vu notre nombre et la durée des matchs, on est encore en pleine forme. On commence avec l’attaque et malheur, le disque est défendu juste devant notre zone, on perd le premier point. S’en suivent des points serrés où chaque équipe marque son attaque jusqu’au score de 3 – 3. Et là c’est le déclic, toute l’équipe se motive pour passer à la vitesse supérieure et donner tout ce qu’elle a en défense tout en gardant sa lucidité en attaque. A partir de ce moment, nous allons scorer 10 points et n’en prendre qu’un, nous avons su garder la tête froide et garder cette intensité jusqu’au dernier point, chose dont on a été très fiers.

Score final : 13 – 4

Aucune coque n’a été maltraitée pendant ce championnat

Clap de fin pour cette première journée et les Monkeys vaquent à différentes occupations : ramassage de coques, regarder des matchs en dégustant des crêpes… il y en a pour tous les goûts. S’en suit un apéro léger et un bon repas à la maison pour récupérer toute l’énergie dépensée dans la journée.

4ème match (demi finale) : Izaka

Premier match du dimanche contre une équipe dont le nom fait trembler. La demi-finale est plus importante que la finale en elle-même car une victoire serait synonyme de montée en N1.

Le client n’est pas n’importe lequel et notre échauffement n’en est que plus sérieux. C’est une jeune équipe d’Izaka guidée par quelques anciens qui s’oppose à nous. Le match s’annonce serré et les jeunes adversaires ont plutôt le dive facile.

Mais l’équipe Monkey reste solide et tenace en défense. Les disques tombent en face et les adversaires ont du mal à retrouver du flow dans leur jeu. Le sable du Pouliguen nous réussit et les jambes sont légères (malgré un excès de sucre pour certains …) et c’est la finale qu’on aperçoit au loin !

Score final : 10 – 4

5ème match (finale) : Tsunami

Nous voici en finale, le moment tant attendu, nous affrontons l’équipe des Tsunamis. Disons qu’avec les Tsu, c’est une longue histoire d’amour sur l’année précédente, mais malheureusement à sens unique. Que ce soit en indoor, en mixte ou en open, nous n’avons pas réussi à les battre (sauf un match sans enjeu). Nous avons donc à cœur de faire basculer la balance et de briser la malédiction.

C’est le seul match du week-end où nous avons eu du vent et celui-ci a certainement joué sur la physionomie du match.

La finale s’est déroulée en trois temps, première partie pour les Monkey où nous imposons nos attaques et punissons les erreurs adverses ; nous menons 5 – 0. Seconde partie pour les Tsunamis, des erreurs de réglages sur nos attaques, beaucoup de disques perdus, et de belles concrétisations chez nos adversaires : égalisation 5 – 5. Dernier acte : le score est à 5 – 5 et le temps se termine pendant le point, ce sera donc un cap à 7. Plusieurs turnovers et deux injuries chez les Monkey, nous finissons par marquer sur une longue de Brice sur Boris. 6 – 5 pour les Monkey, nous commençons le point en défense, après trois turns, nous sommes devant la zone adverse, passe dans le break de Pauline pour Lucile, mais qui lui passe au-dessus de la tête… heureusement récupérée par Jérôme derrière !!!

Score final : 7 – 5

C’est terminé, les Monkey sont champion de la N2 et gagnent donc leur ticket doré pour aller se battre l’année prochaine dans la meilleure division !

Et, cerise sur le gâteau (chantilly sur la crêpe, pour faire plus local ?) nous remportons également le Spirit Of The Game !

#BUM
#galetteAuBeurre
#lePouliguen
#monkeyChampionsDeN2
#leFondantBaulois
#leRetourDeL’Enfer
#lavionAvaitLeVentDansLeDos
#leSentierDesLoutres

Par Vincent & Boris

Facebooktwitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *